top of page

Pourquoi les régimes ne fonctionnent pas même si on s'applique

Où je ne vous parlerai ni de sport, ni d'alimentation mais vous aiderai à comprendre enfin de quoi votre corps à besoin et pourquoi il s'accroche à ses réserves



Intro

Si vous faites partie de ces gens qui ont essayés toutes sortes de régimes et qui se sont poussés fort dans le sport pour ne perdre du poids qu'à court terme, cet article est peut-être pour vous.

Comment faire autrement et qu'est-ce qui manque à ce système biaisé? J'aimerais dans ces lignes vous expliquer pourquoi, selon moi, un régime ou un programme sportif mal conçu vont vous faire prendre du poids. Et comme je ne suis ni nutritionniste, ni coach sportif (même si j'ai plus que de bonnes bases dans les deux domaines...), j'aimerais, vous présenter l'intérêt d'une méthode et d'un point de vue différents. Parce qu'il y a un élément essentiel dans l'équation que tous ces régimes mettent de côté.


 

La question qu'on oublie

L'idée d'un régime restrictif est simple. Avaler moins de calories, dépensez-en plus et voilà! Vous perdez du poids.

Ou pas...

Ce qui se passe en réalité, c'est que lors d'une restriction calorique (ou sans cette restriction aussi d'ailleurs, j'y reviendrai) votre corps pourrait aussi bien décider de tout faire à l'inverse de ce que vous attendez de lui. Tout ce passe comme si quelque chose à l'intérieur de vous s'était bloqué sur un programme de stockage des graisses, quoi qu'il arrive. Et si vous privez votre corps d'apport calorique, il va stocker le peu que vous lui apportez, ralentir votre métabolisme pour consommer moins et tirer de l'énergie de vos muscles plutôt que de votre graisse de stockage. Vous ressentirez probablement un manque d'énergie croissant, des douleurs articulaires et j'en passe.

Et si tout cela ne vous décourage pas, alors la balance vous rappellera vite que vos efforts n'ont servi à rien. Et bien entendu, au moindre écart, votre corps, qui interprète les restrictions comme une pénurie de nourriture, va se mettre à stocker tout ce que vous avaler dès que vous vous remettez à manger normalement.

Donc l'équation calories qui rentre - calories qui sortent = évolution du poids, c'est bien joli, mais cela ne tiens pas compte de la question suivante:

"Quelle est, en fait, votre capacité à consommer des graisses de réserve?"

Un déficit caloriques dans votre programme alimentaire ou un abonnement au fitness ne sont en rien des garanties que vous allez vous mettre à brûler du gras et c'est même l'inverse. Alors qu'est-ce qui permet de contrôler ce programme de prise ou de perte de poids?


 

Qu'est-ce qui provoque le stockage sous forme de gras en premier lieu?

Afin de comprendre comment le changer, il convient de comprendre exactement ce qui enclenche et encourage le stockage des graisses.

En un mot, le stress. Mais pas n'importe lequel et pas n'importe comment. Sinon, tout le monde serait en surpoids, évidemment.

Plus précisément, ce qui nous fait grossir, c'est les informations qui sont interprétées par notre esprit inconscient comme des menaces pour notre organisme.

Notre métabolisme n'ayant pas évolué beaucoup ces 10'000 dernières années, les signaux qui atteignent notre cerveaux sont évalués et classés en quelques catégories simples comme par exemple: "Il fait froid, rajoute une couche de gras pour passer l'hiver. Grossir un peu augmentera tes chances de survies." ou au contraire "il est important de rester léger et rapide pour courir toute la journée et en plus, on trouve à manger partout donc pas la peine de stocker. Reste plutôt mince."

Le problème, c'est que notre inconscient relativement ancien ne comprend rien aux stress infligés par notre monde moderne. Un changement de poste professionnel ou un manque d'argent sont des concepts complètement abstraits pour notre physiologie. Notre inconscient, notre corps, si vous préférez, captera toutefois un sentiment d'incertitude par rapport à l'avenir, ou une appréhension face à un manque de ressources à venir. Dans les deux cas, on ne se sent pas en sécurité et une des réactions possibles, c'est de stocker.

Vous comprendrez alors que dans cette situation, imposer un régime à votre organisme qui cherche à stocker du gras pour votre sécurité, c'est la panique assurée pour votre système métabolique, qui va se venger et stocker tout ce qu'il peut dès que vous vous remettez à manger. C'est pourquoi faire un régime peut fonctionner pendant un temps. On choque le corps et on le force à s'adapter... sans tenir compte de ce qu'il cherche à accomplir. C'est l'échec assuré.


 

Comment communiquer avec cet inconscient têtu?

Vouloir expliquer à son corps que ce stockage de gras permanent ne sert à rien, c'est comme demander où son les toilettes au fin fond de la campagne chinoise. Le seul moyen d'arriver à se faire comprendre sans prendre des cours de mandarin, c'est de gesticuler ou de savoir dessiner.

Notre inconscient fonctionne de la même manière. Il comprend les symboles, les images et les émotions mais pas les concepts compliqués. C'est pourquoi l'hynose est un outil extrêmement puissant pour modifier la programmation de votre métabolisme. Un état d'hypnose permet de mettre de côté l'intellect, le mental, pour atteindre un niveau de votre esprit où les émotions sont construites. Et si c'est bien fait, que votre corps est programmé pour se stabiliser à un poids qui vous convient mieux (plus mince... ou plus lourd!), alors cela se fera sans rien forcer selon un processus naturel.


 

Concrètement, quel est le processus pour programmer votre corps et perdre du poids naturellement?

Il y a deux étapes à mettre en place et pour chacune, deux aspects à considérer.

La première étape consiste à reprogrammer votre inconscient pour qu'il arrête d'interpréter les stress les plus divers et les différents éléments de votre expérience passée comme une bonne raison de stocker du gras à tous les étages.

Dans un deuxième temps, ou en parallèle, il convient d'utiliser ces mêmes stress pour booster la fonte de votre graisse superflue.

Et pour chacune de ces deux étapes, il convient de considérer les stress d'origine externe et ceux qui viennent de vous. Je m'explique.


 

Désactiver le programme de stockage des graisses

Presque n'importe quel stress, chronique ou soudain, construit sur la durée ou plus récent, peu lié à un stockage excessif de tissu adipeux. N'importe quelle peur du manque peut par exemple être interprétée comme un besoin de stocker. Et pas seulement la peur de manquer de nourriture, mais de n'importe quelle ressource plus ou moins vitale. Le manque d'argent, bien entendu, mais compter aussi le manque de sens, d'affection, etc.

Et puis il y a le gras comme forme de protection. C'est une manière de se sentir plus stable, de prendre sa place, de maintenir les autres à distance. Dans le cas où quelqu'un a été agressé, abusé ou dans tous les cas où les limites personnelles ont été négligées, l'inconscient voit un surpoids comme une barrière de protection.

Et puis il y a des raisons culturelles. Une masse imposante est souvent un symbole d'autorité ou même de richesse. En grec, la langue maternelle de ma mère, le mot utilisé pour dire "perdre du poids" signifie étymologiquement "être privé de force"!

Et ce ne sont que quelques exemples de réactions de prise de poids plus ou moins logiques et explicables auxquelles j'ai été confrontées dans mon travail. Et c'est sans tenir compte de tout un tas de croyances limitantes, produits chimiques qui détraquent notre système digestif et autres comportements compulsifs du quotidien...

Maintenant imaginer quelques instants que vous puissiez travailler sur ces aspects là, voir même changer ces stress "générateurs de gras" en bonne raison pour en perdre!


 

Encourager le métabolisme à consommer des graisses

Et c'est la deuxième partie de ce processus; faire en sorte que votre inconscient interprète tous ces stress comme des motifs pour rester fit. En termes instinctifs, cela donnerait l'exemple suivant: Imaginez quelques instants que votre patron passe son temps à vous agresser verbalement et que cela constitue un stress permanent qui pousse votre inconscient à vouloir se planquer derrière une protection adipeuse conséquente (c'est rarement aussi simple, mais pour l'exemple...)

Cela ne serait-il pas merveilleux si vous pouviez utiliser ce stress pour perdre du poids plus rapidement, au lieu d'être cantonné à le gérer plus ou moins bien?

Avec les bons outils, il est possible d'associer les jurons de votre supérieur au besoin de fuir, par exemple. Votre inconscient peut-être reprogrammé pour avoir envie de déstocker drastiquement dans l'éventualité d'une course poursuite. Je schématise, bien entendu. Mais c'est l'idée. Et de la même manière, on pourrait envisager d'utiliser divers stimulis pour faire comprendre à votre corps qu'il est temps de poser du lest.


 

Alors, je peux manger n'importe quoi sans faire de sport et tout ira bien?

Hum... Pas tout à fait quand-même. Et c'est là une idée pour d'autres articles. Mais une méthode complète de perte de poids, constituerait sans doute un texte qui dépasse un rien la visée de cet article. J'espère par contre que celui-ci vous a permis de comprendre un tout petit peu mieux le lien entre régime (un stress, finalement), volonté de perdre du poids et résultat final plus ou moins décevant.

Alors si vous faites partie de ces gens (ou que vous en connaissez, ce qui est sûrement le cas) qui ont testé tout plein de méthodes, qui se sont épuisés physiquement, affamés au travers de diverses restrictions et n'ont pas obtenu de résultats convaincant, j'espère que vous retiendrez au moins ceci:

Faire un régime n'est pas dans votre nature et votre volonté à changer n'est pas (forcément;) déficiente. Et en mettant en place les bons outils, en allant travailler au niveau de votre esprit où ces programmes sont mis en place, il est possible de changer et de retrouver le corps qui vous convient sans forcer.

Faites-moi signe si vous pensez que je peux vous aider. Prenez soin de vous.

7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page